Empire News Africa

African Entertainment News Online…

Paul Biya dirige le Cameroun depuis 40 ans et pourrait bien rester au pouvoir

Spread the love

À 89 ans, l’un des plus vieux dirigeants du monde, le président Paul Biya du Cameroun a fêté ses 40 ans à la tête de l’État. Il a pris ses fonctions en 1982.

Il est le deuxième dirigeant le plus ancien d’Afrique. Le plus ancien est Teodoro Obiang Nguema, de Guinée équatoriale, au pouvoir depuis 1979.

Le Cameroun a connu une longue période de stabilité politique sous la major de fer de Biya. Mais celle-ci a fini par s’effilocher lorsqu’une rébellion anglophone a éclaté dans le sud-ouest et le nord-ouest et lorsque des islamistes radicaux sont arrivés du Nigeria. La pression intérieure pour que Biya accepte une transition a également été persistante.

Mais Biya ne s’engage toujours pas à céder le pouvoir en 2025, correspondant à la fin de son septième mandat actuel.

Qu’est-ce qui explique la longévité de Biya au pouvoir et pourquoi le Cameroun est-il incapable d’organiser une transition ?

Je suis un spécialiste des études démocratiques et des sorts de régimes en Afrique, ainsi qu’un analyste de l’actualité politique africaine. Je m’intéresse aux raisons pour lesquelles le continent est accablé par des présidents vieillissants qui devraient profiter de leur retraite alors qu’il a désespérément besoin de dirigeants jeunes, actifs et innovants à la hauteur de ses défis.

Un bon départ

Biya a succédé à Ahmadou Ahidjo, président du Cameroun de 1960 à 1982, après sa démission shock. Ahidjo était aux prises avec une crise économique et une corruption généralisée. Il était à la tête d’un État à parti distinctive et d’une centralisation exceptionnelle du pouvoir au sein de la présidence.

Lorsque Biya est devenu président en 1982, il a promis la libéralisation politique, notamment la démocratie, les droits civils et humains et le progrès économique du Cameroun.

Pendant un sure temps, il s’est efforcé d’atteindre certains de ces objectifs. Le pays a atteint la stabilité et l’unité politiques, et une transformation économique relative grâce à son “New deal”. Il y a même eu un relâchement momentané de l’état policier draconien.

Mais à la fin des années 1990, la libéralisation politique, la self-discipline budgétaire et la responsabilité du gouvernement ont été progressivement stoppées. Cela s’est produit après la tentative de coup d’État sanglant de 1984 par les gardes républicains.

Biya est devenu de plus en plus rigid en matière de compromis politique. Il a d’abord purgé la faction d’Ahidjo au sein du parti au pouvoir et a fini par bloquer toute contestation sérieuse de son management, qu’elle vienne de l’intérieur ou de l’extérieur du parti. Mais finalement, sous la pression extérieure, il a accepté le multipartisme en 1990.

Celui-ci a été progressivement et systématiquement vidé de sa substance, créant un système monolithique qui a permis à Biya de rester au pouvoir pendant les 40 dernières années.

La longévité de Biya

La politique camerounaise a longtemps été dominée par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais de Biya, qui s’appelait Union nationale camerounaisejussqu’en 1985. Il était le parti dominant depuis 1966. Après une ouverture formelle de l’espace politique au multipartisme, celui-ci s’est progressivement affaibli.

Il y a eu un échec de l’institutionnalisation des partis politiques. Des centaines de petits partis se sont multipliés – 300 à ce jour, dont beaucoup seraient secrètement financés et contrôlés par Biya. Ils offrent une façade de compétitivité démocratique. En réalité, ils ont affaibli l’opposition politique légitime.

L’absence d’une opposition unie et consolidée a permis l’enracinement d’un système de partis dominants. Le parti au pouvoir dispose d’une majorité dominante tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat (63 sièges sur 70). Cela réduit à néant toute possibilité de véritable contrôle et d’équilibre.

Le parti a également utilisé des mécanismes électoraux tels que le redécoupage des circonscriptions électorales à son avantage et, dans certains cas, la fraude pure et easy pour étendre ses victoires et consolider ses majorités.

Les élections sont devenues un peu plus qu’une formalité à laquelle Biya se présente sans possibilité de perdre.

Par exemple, en 2004, Biya a été élu avec 70,9 % des voix. Après la révision constitutionnelle de 2008 visant à supprimer la limitation des mandats, il a été réélu avec 78 % des voix en 2011.

En 2018, il a obtenu 71,28 % contre son challenger, le chief de l’opposition Maurice Kamto.

Biya a créé une classe politique à la recherche de rente qui non seulement fait son travail mais le maintient au pouvoir avec un minimal de résistance. Le Cameroun est l’un des principaux exportateurs de bois en Afrique et le cinquième producteur de cacao au monde.

Le pays devrait avoir suffisamment de ressources pour réduire l’extrême pauvreté et le sous-développement. Pourtant, en raison de la corruption, les recettes sont pillées pour maintenir un réseau clientéliste.

Les politiciens doivent faire preuve d’allégeance et de loyauté envers Biya. L’different est de se retrouver à l’écart ou en jail. Biya a également confié des postes à responsabilité dans l’administration, l’armée, la sécurité et la fonction publique à des personnes points de son groupe ethnique du sud. Il s’est notamment appuyé sur le Bataillon d’intervention rapide, une unité de commandos militaires hautement qualifiés, pour s’assurer que l’armée régulière ne puisse pas agir contre lui.

Le crise anglophone a également permis à Biya de détourner l’consideration de sa mauvaise gestion. Ce violent conflit a fait des milliers de morts dans une guerre civile contre les régions anglophones sécessionnistes du pays.

Biya, qui s’appuie sur des soutiens français et, plus récemment, russe, a utilisé le conflit pour renforcer son pouvoir intérieur et détourner les critiques internationales.

Un autre facteur est la focus du pouvoir au Cameroun. Rien de substantiel ne peut être fait sans l’aval du président. Aucune branche du gouvernement ou entité de l’État n’échappe à cette politique, y compris le système judiciaire : les juges sont nommés directement par le président.

En d’autres termes, il n’y a aucun secteur de la vie publique qui ne soit pas touché par le régime Biya.

Envisager l’après-Biya

Le mandat du président s’achève en 2025, date à laquelle il aura 92 ans. Bien qu’il n’ait montré aucun signe d’abandon de la scène, l’idée d’une ère post-Biya fait son chemin.

Bien que le parti au pouvoir n’ait pas tenu de congrès depuis 2011, empêchant ainsi le débat sur la transition, il y a de temps en temps une réorganisation interne du parti. Le président s’en est servi pour contrôler les menaces potentielles à sa suprématie.

Le système de Biya a fait son temps. Sa longévité repose sur son caractère impitoyable et sa perspicacité politique.

Malheureusement, le véritable prix à payer est celui de la démocratie du pays, qui souffre depuis longtemps de fissures qui ne peuvent être guéries que par un renouveau politique passant par un changement de régime. Et ce changement, même Biya ne peut pas faire grand-chose pour l’empêcher.