Empire News Africa

African Entertainment News Online…

Niger : remark nourrir 25 hundreds of thousands de personnes supplémentaires dans 30 ans ?

Spread the love

Le Niger, pays d’Afrique enclavé dans la région du Sahel, peine à nourrir ses 25 millions d’habitants. Il est actuellement classé 115e sur 121 pays dans l’Indice mondial de la faim, et le nombre de personnes ne mangeant pas à leur faim est passé d’environ 13 % de la inhabitants en 2014 à 20 % en 2022.

La state of affairs pourrait se détériorer encore davantage, le Niger étant l’un des pays les plus exposés au changement climatique. Le pays a l’un des taux de croissance démographique les plus élevés au monde, et peu de signes de ralentissement sont perceptibles. Son taux de fécondité – qui s’élève en moyenne à sept enfants par femme – est le plus élevé du monde.

De plus, la majeure partie des terres du pays sont infertiles. Les deux tiers de sa superficie sont situés dans le désert du Sahara. La plupart des [terres agricoles] du pays (https://eros.usgs.gov/westafrica/land-cover/land-use-land-cover-and-trends-niger) se trouvent dans une bande étroite près de la frontière nigériane au sud et sont empiétées par le désert.

La inhabitants du Niger compte également parmi les indices de développement humain les plus bas, ce qui signifie notamment que les gens ne peuvent pas gagner suffisamment pour se permettre d’acheter de la nourriture. Ce défi est d’autant plus essential que le changement de priorités budgétaires s’est récemment opéré au détriment du développement social et au revenue de la sécurité nationale, en raison de l’instabilité croissante dans la région du Sahel.

Pour ne rien arranger, le Niger est l’un des pays les plus vulnérables aux changements climatiques. Il est fortement exposé à la chaleur et a une faible capacité d’adaptation aux changements climatiques, comme des précipitations de plus en plus imprévisibles. Cela aura un impression négatif sur le rendement des cultures dans un pays où moins de 1 % des terres cultivées sont irriguées.

<span class="caption">Une vue arienne de Diffa au Niger.</span> <span class="attribution"><span class="source">Janie Barrett/The Sydney Morning Herald/Fairfax Media through Getty Pictures</span></span>

Selon les prévisions, deux Nigériens supplémentaires seront poussés vers la sous-alimentation d’ici 2050 en raison des effets du changement climatique sur le rendement des cultures et parce que les travailleurs agricoles (environ 75 % de la population active totale) auront du mal à travailler dans la chaleur.

Alors, remark le Niger va-t-il passer de l’alimentation de 25 hundreds of thousands de personnes à 50 hundreds of thousands, la inhabitants prévue en 2050?

Dans une étude récemment publiée, mes collègues et moi-même avons cherché à savoir remark y parvenir – ou s’en rapprocher le plus attainable.

Augmenter la sécurité alimentaire

Nous avons identifié trois interventions pour résoudre le problème de la disponibilité alimentaire :

  • une meilleure offre alimentaire, avec des investissements accélérés dans la recherche et le développement agricoles.

  • une demande alimentaire moindre grâce à une croissance démographique plus lente

  • l’intégration du marché mondial.

Mais quelle doit être la priorité pour obtenir le meilleur résultat ?

Nous avons créé un modèle (que nous avons appelé SIMPLE-Niger) pour répondre à cette query. Il a utilisé des données provenant de diverses sources, notamment des enquêtes sur les ménages et les exploitations agricoles et des photographs satellite tv for pc.

Sur la base des simulations de notre modèle, nous soutenons qu’à moins que les taux de fécondité ne baissent, la croissance rapide de la inhabitants et les revers du changement climatique risquent de dépasser les progrès possibles de la productivité agricole.

En ce qui concerne l’offre – ce qui est mis dans l’agriculture – les interventions et les dépenses doivent se concentrer sur une plus grande productivité agricole, comme les investissements dans la recherche intelligente sur le climat, l’accès des agriculteurs aux nouvelles applied sciences et leur adoption.

Une plus grande intégration dans les marchés régionaux permettra également de lutter contre la sous-alimentation. Elle rendra les denrées alimentaires plus accessibles et disponibles grâce à l’intensification des échanges et à une meilleure intégration régionale des prix (effet du prix d’un marché sur un autre marché).

Voici remark nous sommes arrivés à ces conclusions.

Intégration, investissement et capital humain

Aussi désastreuse que soit la state of affairs de la sécurité alimentaire, il existe des signes d’amélioration. Nous pensons que de nouvelles interventions dans ces domaines sont cruciales pour améliorer la state of affairs.

La productivité agricole a augmenté, sous l’impulsion de :

La Zone de libre-échange continentale africaine devrait conduire à une plus grande intégration des marchés et à une augmentation des échanges de biens et de companies dans le secteur agroalimentaire, des régions excédentaires aux régions déficitaires.

Les barrières non tarifaires formelles et informelles du Niger sont toutefois élevées.

Le pays devra améliorer les infrastructures liées au commerce et au transport, notamment la logistique à température contrôlée pour les produits agricoles, la facilité d’organiser des expéditions à des prix compétitifs et l’efficacité des procédures douanières. Lors de la conception des interventions, il est également essential de se rappeler qu’une grande partie du commerce se fait par le biais du commerce transfrontalier.

<span class="caption">Bouvier Fulani.</span> <span class="attribution"><span class="source">Avec l&#8217;autorisation de Kayenat Kabir</span></span>

Il faut également réaliser des investissements supplémentaires dans la recherche agricole locale et sa diffusion, et transformer cela en croissance de la productivité agricole. Le taux d’adoption des nouvelles applied sciences et variétés est faible chez les agriculteurs nigériens, même selon les normes sahéliennes. Un meilleur soutien aux chercheurs locaux, des companies de vulgarisation améliorés, des partenariats avec le secteur privé pour la diffusion des applied sciences et l’accès au marché des intrants peuvent stimuler l’adoption de nouvelles technologies par les agriculteurs, ce qui accélérera la récente croissance de la productivité.

Reculs probables

La croissance de la productivité agricole sera probablement dépassée, cependant, par la croissance démographique et les revers du changement climatique. Cela signifie que le taux de croissance démographique doit baisser.

Des fonds doivent être alloués au planning familial et à la santé. Mais la fécondité est une question profondément politique et difficile, ce qui rend difficile l’allocation de fonds à ces fins.

En fait, le taux de fécondité souhaité est plus élevé que le taux de fécondité actuel, ce qui signifie que les hommes et les femmes veulent plus d’enfants qu’ils n’en ont actuellement. Il est essential de tenir compte du contexte socio-économique lors de la conception des programmes de planification familiale au Niger.

Une grande victoire serait d’augmenter les investissements dans l’éducation des femmes et la participation au marché du travail. Il est de notoriété publiquelargement connu que cela permettrait aux femmes de prendre des décisions en matière d’accouchement de manière libre et responsable. La scolarisation des filles réduit également le risque de mariage des enfants, qui est à la fois une trigger et une conséquence de la grossesse à l’adolescence. Investir dans l’éducation est également lié à une meilleure sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Un investissement qui en vaut la peine

Ces mesures pourraient être mises de côté dans une région qui connaît une instabilité croissante. Mais l’histoire nous apprend qu’une inhabitants jeune et croissante confrontée à l’insécurité alimentaire et au chômage peut constituer un terrain propice à une plus grande instabilité.

Assurer la sécurité alimentaire de la inhabitants jeune du Niger, en croissance rapide, est tout aussi essential pour sa sécurité nationale.